Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités locales > 10 mois de prison ferme pour des appels téléphoniques malveillants aux pompiers, en récidive...

10 mois de prison ferme pour des appels téléphoniques malveillants aux pompiers, en récidive...

10 mois de prison ferme pour des appels téléphoniques malveillants aux pompiers, en récidive... Cliquez pour agrandir cette image

368 appels téléphoniques malveillants aux pompiers en 1 mois, pour des faits inventés parfois, ou pour s’en prendre physiquement à eux

Actualités locales

Une femme de 42 ans, récidiviste,  écope de 10 mois de prison au tribunal de Montluçon.

 

Sa dernière condamnation, la 15è, portait déjà sur des appels téléphoniques malveillants aux pompiers, plus de 2 000 en 2 ans, et elle avait été condamnée à 6 mois de prison ferme en avril 2021. Mais dès sa sortie de prison le 9 octobre, cette montluçonnaise a recommencé dans la foulée. S’alcoolisant massivement, et harcelant de nouveau les pompiers du SDIS de l’Allier. Pour simplement parler, se plaindre de son passé compliqué…

368 appels en tout jusqu’au 19 novembre avec parfois des interventions nécessaires car elle affirme un moment s’être plantée un couteau dans la main, s’être défenestrée ou alors qu’il y a le feu chez elle. 3 exemples d’interventions pour rien puisque la femme mentait ou affirmait ce lundi 20 décembre au tribunal de Montluçon que les pompiers n’avaient rien compris au téléphone.

Et quand les secouristes interviennent chez elle le 28 novembre et le 2 décembre pour des malaises et une blessure à la tête, elle s’en prend à eux, les accusent de viol, en tape 1 et tente de badigeonner 1 autre avec son sang alors qu’elle se sait atteinte d’une hépatite C.

« Les pompiers ne sont pas SOS Amitié ! »

Selon l’avocat des pompiers et du SDIS 03 Maître Michel Pradillon, « le coût des 17 interventions chez cette dame dépasse les 1 200 euros », et surtout elles auraient pu se faire au détriment d’autres plus importantes.

Le substitut du procureur Christophe Da Costa a quant à lui rappelé que « les pompiers ne sont pas SOS Amitié, que la prévenue ne se remettait pas du tout en question, et qu’on ne pouvait que l’empêcher de nuire », il  a requis 10 mois de prison ferme.

Côté défense Maître Valérie Bourg a rappelé la grande détresse sociale de sa cliente, très isolée, ainsi que ses problèmes psychiatriques, un expert ayant soulevé lors de la précédente affaire une altération du discernement.

Altération du discernement retenue par le tribunal de Montluçon qui a condamné la femme à 10 mois de prison ferme avec maintien en détention, 5 ans d’interdiction de séjour dans l’Allier, et elle devra indemniser ses victimes.

Partager

Chargement
EN CE MOMENT :
Ecouter

Accès membres

Nous sommes le Mercredi 5 Octobre 2022, Fête du jour : Fleur
Chargement