Vous êtes ici : Accueil > Biographies > Lettre W > William Sheller

William Sheller

William Sheller Cliquez pour agrandir cette image

La biographie complète - William Sheller

Avec un père musicien de jazz, une grand-mère ouvreuse au Théâtre des Champs-Elysées, un grand-père décorateur à l'Opéra, il était naturel que William Sheller se tourne vers la musique...

William Hand dit William Sheller
né le 9 juillet 1946

Avec un père musicien de jazz, une grand-mère ouvreuse au Théâtre des Champs-Elysées, un grand-père décorateur à l'Opéra, il était naturel que William Sheller se tourne vers la musique et le spectacle. Il se met au piano classique dès l'âge de 10 ans et intègre le Conservatoire quelques années plus tard. Comme beaucoup d'adolescents de cette époque, Sheller est fasciné par la musique des Beatles et se dirige progressivement vers le rock en intégrant un groupe. A la fin des années 60, sa formation l'oriente aussi vers la composition pour les Irrésistibles (avec un tube "My year is a day" que Dalida reprendra) et pour Dalida ("Je me repose" sur un texte de Gérard Manset). A la même époque, il enregistre deux 45 tours discrets ("Couleurs" et "Adieu Kathy") mais son premier album, " Lux Aeterna "paru en 70, est entièrement instrumental.
C'est Barbara, pour qui il arrange des chansons en 73, qui l'encourage à chanter. En 75 sort donc "Rock'n'roll Dollars" qui deviendra vite un tube, tout comme l'album du même nom.

Des oeuvres instrumentales

L'année suivante sort un nouvel album, "Dans un vieux rock'n'roll " d'où sera extrait "Le carnet à spirale", un autre de ses grands succès. Sa carrière est lancée et dès lors, Sheller alterne oeuvres instrumentales, musiques de films et albums personnels tels que "Symphoman " en 77, "Nicolas " en 80 dont seront extraits "Fier et fou de vous " et "Ho ! J'cours tout seul ", "J'suis pas bien " en 81, et "Simplement " en 82 sur lequel on trouve "Maman est folle" et "Les filles de l'aurore ".
En 87, l'album "Univers" - dont l'extrait "le Nouveau Monde" sera un succès - reflète cette tendance au lyrisme. L'imaginaire de Sheller est alors peuplé de créatures de science-fiction et c'est tout naturellement qu'il collabore avec le dessinateur de bandes dessinées Philippe Druillet. L'album "Ailleurs", sorti en 89, continue dans cette direction et le clip du single "Excalibur" lui permet d'explorer cet étrange univers visuel.

La " voix " classique

En 91, Sheller enregistre un album en présence d'un public. Il s'agit de "Sheller en solitaire" où reprend tous ses grands succès. L'album révèle un inédit, "Un homme heureux", sublime chanson consacrée par une Victoire de la Musique. Sheller reprend alors les compositions instrumentales avant de sortir "Albion" en 94, où il exprime son côté plus rock. Il faudra attendre 2000 pour écouter à nouveau Sheller, qui sort un album intitulé "Les machines absurdes", qui fera encore une fois l'unanimité. Fort de son succès, l'artiste entame une tournée début 2001 mêlant classique et rythmique. Deux ans plus tard, l'artiste poursuit dans la lignée avec son album " Quatuor William Sheller " en collaboration avec le quatuor Parisii. En 2004 arrive " Epures " qui donne la part belle à la voix et au piano.

Partager

Annuaire de biographies

A-Z A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y 0-9
Chargement
EN CE MOMENT :
Ecouter

Accès membres

Nous sommes le Mercredi 21 Octobre 2020, Fête du jour : Céline
Chargement